SIIC : la recette pour un placement immobilier sûr et rentable

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

      SIIC : la recette pour un placement immobilier sûr et rentable

      Les « Sociétés d’investissement immobilier cotées »
   (SIIC) bénéficient d’un régime spécial qui a ouvert
   l’accès à une forme d’épargne long terme souvent méconnue.

      Vous aimeriez investir sur le marché actions de
   manière sûre et rentable.

      Pensez aux sociétés d’investissement immobilier cotées
   (SIIC), un statut qui a boosté la capitalisation des
   foncières depuis sa création en 2002.

      A l’époque,  les SIIC ont repris dans le droit français le principe
   des Real estate investment trusts (REIT) américains
   pour faciliter le financement des industries immobilières
   par la mobilisation de l’épargne longue.

      L’objectif : instaurer une transparence fiscale
   pour des Sociétés anonymes cotées, dédiées à l’immobilier locatif.

      Un rendement performant et sécurisé.

      Vous pouvez donc acheter en bourse des actions de ces sociétés,
   en vue d’une épargne long terme soumise à la fiscalité générale
   des actions et éligible au PEA.

      Selon Dorian Kelberg, Délégué général de la Fédération
   des Sociétés immobilières et foncières,
   « ce sont des véhicules d’investissements et d’épargne au
   rendement performant et sécurisé.

      Les actions de ces sociétés sont éligibles au PEA.

      Il y a là un effet d’aubaine souvent méconnu, mais qui
   permet aux particuliers d’avoir accès à une épargne longue
   dans d’excellentes conditions, notamment pour se constituer
   des compléments de retraite ».

      Les actifs des SIIC sont aujourd’hui axés à 90 %
   sur l’immobilier commercial (entreprises, bureaux, centres commerciaux)
   et à moins de 10 % sur les logements.

      La rentabilité est donc bonne : elle a été en moyenne
   supérieure de 2 points à celle du CAC 40.

      « Les épargnants, ajoute Dorian Kelberg, peuvent facilement
   avoir accès à ce marché, soit en achetant directement des actions
   de SIIC cotées sur le marché français, soit en achetant des parts
   de SICAV foncières spécialisées, ce qui permet de mutualiser les risques ».

      Comment ça marche ?

      La Société doit être cotée, avec un capital social minimum
   de 15 millions d’euros et avoir comme objet exclusif l’activité immobilière.
 
      Elle est exonérée d’impôt sur les sociétés pour la fraction de
   son bénéfice net provenant de l’activité immobilière.

      Le bénéfice net résultant des opérations exonérées doit
   être distribué à hauteur de 85 % minimum.

      Les plus values de cessions d’actifs sont exonérées d’impôt
   sur les sociétés, à condition que le produit de la cession
   soit réinvesti en activité immobilière ou distribué à hauteur d’au moins 50 %.

      Des foncières qui ont la cote

      La plupart des anciennes « Sociétés foncières » ont choisi d’entrer
   dans le cadre fiscal des SIIC, qui leur était favorable, puisque
   le paiement de l’impôt est transféré au niveau de l’actionnaire.

      Le statut de SIIC bénéficie aujourd’hui à 42 Sociétés strictement françaises,
   et à 9 paneuropéennes.

      Cinq ans après sa création, le secteur affiche une santé presque insolente.

      De 12 milliards d’euros en 2002, la capitalisation atteint aujourd’hui
   plus de 53 milliards uniquement à Paris et 80 milliards en doubles cotations.

      Votre Conseil Eric Wallez
 
  http://www.ifac-plus.fr
  http://www.patrimoine-en-ligne.fr

  Pour compléter votre information, inscrivez-vous:

  http://www.vosrevenus.com

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.